LEFEVRE Vincent

Prise en compte des lieux spécifiques de la mobilité dans les projets urbains :  l'exemple des gares de Saint-Etienne Carnot et Clapier.

 

Thème du TFE : Equipements et projets d'agglomération

Année : 2009

Auteur : LEFEVRE Vincent

Mots clefs :

Projet urbain, gare, mobilité, accessibilité, jeux d’acteurs, Saint-Étienne, Firminy, Manufacture – Plaine Achille, Puits Couriot

Résumé :

Comment les lieux spécifiques de la mobilité sont-ils pris en compte dans les projets urbains ? Tout d’abord, un retour historique sur le rapport dialectique entre la gare et la ville est nécessaire pour comprendre l’ambivalence de cette relation. Au fil des siècles la gare a oscillé entre un pôle technique régi par des logiques purement ferroviaires et un lieu de vie, régi, quant à lui, par des logiques urbaines.

Au regard de ces éléments clés historiques et de l’exemple stéphanois, dont l’étoile ferroviaire propose une desserte fine de son territoire, l’objet gare est analysé sous l’angle du projet urbain stéphanois, déclaré Opération d’Intérêt National. Sur la base de l’étude de deux projets urbains phares de Saint-Étienne et d’entretiens réalisés auprès des acteurs clés des projets, il s’agit de mettre en évidence les difficultés d’articulation des échelles et des temporalités de projet, frein à l’insertion urbaine des gares TER de Carnot et Clapier.

Enfin, à travers l’analyse du discours des acteurs rencontrés, il s’agit de comprendre en quoi la gare TER est un vecteur de développement urbain. La présence de la gare dans le périmètre d’un projet urbain implique une démultiplication des acteurs en présence. Ce mémoire met en évidence les différentes logiques d’acteurs, leurs échelles et leurs intérêts parfois divergents.

Mention Très Bien avec les félicitations du jury