Témoignages

Mélanie VEISSIER

3e année hors école à l'Ecole des ponts Paristech (ENPC), département "Génie civil et construction"

J’ai choisi de faire cette 3e année hors-école pour avoir une nouvelle vision et un autre modèle d’apprentissage. En effet 60% des enseignants viennent d’entreprises. De ce fait les cours sont en parfaite adéquation avec le monde du travail.
J’ai pu particulièrement apprécier la diversité des projets, des conférences, des visites de chantiers, et également découvrir de nouveaux cours sur la conception d’ouvrages souterrains, des ponts.
J'ai effectué un projet routier enseigné par des responsables du réseau routier d'Ile de France, cela a été très enrichissant, et permet de développer des capacités d’autonomie et de s’initier au travail d’équipe.
Les intervenants de l’ENPC, pour la plupart issus du domaine privé, travaillent dans des sociétés avec lesquelles je devrai évoluer dans un futur proche. Cela m'a permis d’avoir approche différente des partenariats public/privé. J’ai ainsi pu réaliser des projets avec des professeurs de renom tel que Michel Virlogeux (Viaduc de Millau) qui nous a donné des cours de construction et conception des ponts. Mais également de confirmer mon envie de poursuivre mon projet professionnel dans le domaine de la maîtrise d'oeuvre routière. Toute cette formation est complémentaire à celle reçu à l’ENTPE.
 
Un autre point essentiel est le choix du cursus personnalisé selon ses gouts et aspirations, j’ai choisi management et économie de projet, la mécanique des fluides, le projet route, la conception des ponts, des ouvrages souterrains, de la géotechniques, la politique territoriales, pathologie des ouvrages d’art et plasticité. Tout un programme qui correspondait pleinement à mes attentes.
 
Ce qui m’a aussi beaucoup plu est cette grande diversité multilingue et interculturelle, un tiers des élèves sont de nationalité étrangère ce qui constitue une grande richesse et encore une fois un apprentissage nouveau. J’ai dû travailler en équipe avec un colombien et une brésilienne. Toutes nos discutions se sont faites en anglais et il a fallu apprendre à gérer nos différences. J’ai ainsi pu rencontrer plusieurs personnes issus de différents milieu : des élèves issus du concours communs, d’autres en double diplômes étrangers, et enfin ceux réalisant leur 3e année hors école comme moi.

J’ai eu la chance d’être intégrée dans cette école à la notoriété reconnu, afin de compléter ma formation. J’en remercie l’ENTPE qui m’a donné des bases solides et qui a soutenu ma candidature. Mes projets futurs sont tout d'abord de prendre mon 1er poste au cours de la primo-affectation à la fin de l'année puis je verrai de quoi l'avenir sera fait !

Profil Linked'In de Mélanie VEISSIER

Hugo GUILLAUME

3e année hors école en double diplôme à Polytechnique Montréal

"Le choix de faire une 3e année hors école est depuis le début de ma formation à l'ENTPE, un vrai objectif. Il me semble que la dimension internationale du travail d'ingénieur aujourd'hui, et d'autant plus dans le milieu du bâtiment, est fondamental. Ayant déjà étudié à l'étranger en classe de 1ère S, je savais que pour réellement profiter et s'imprégner d'un environnement différent, il était nécessaire d'y rester au moins un an. De plus, l'option du double diplôme est très intéressante pour travailler à l'international par la suite, puisque cela permet de disposer également d'un diplôme du pays d'accueil (en l’occurrence Canadien).

J'ai contacté le service international de l'école et me suis concentré sur l'option de Polytechnique Montréal, un établissement reconnu en dehors de l'Europe comme l'un des meilleurs établissements francophones d'ingénieries et qui malgré son enseignement en français, possède l'atout important de se situer dans une ville très dynamique d'un point de vue culturel. Le partenariat qui existe avec l'ENTPE permet de faire aussi bien un double diplôme, qu'un semestre d'échange à l'école Polytechnique, ce qui fait de ce partenariat un des plus actifs de l'ENTPE (nous étions 4 à partie en septembre).

Concernant l'expérience en elle-même

Le cadre de travail est assez exceptionnel, on est au coeur d'une Université immense, l'Université de Montréal, qui compte 2 établissements particulièrement reconnus que sont l'Ecole Polytechnique et HEC Montréal. Au niveau des cours, en tant qu'étudiant en double diplôme, je suis un cursus de maitrise qui débute par un semestre d'intégration à valider pour intégrer définitivement la maitrise puis nous organisons cette dernière avec un professeur chargé de nous suivre tout au long  de nos études et de valider notre choix de cours. Nous avons le choix parmi un panel important de cours dispensé à l'école Polytechnique qui m'a permis de suivre plusieurs cours de gestion de projet, en même temps que des cours plus techniques en mécanique du bâtiment, énergétique ou encore développement durable. Par ailleurs, il est également possible de suivre des cours de langues ou autres dans les établissements Montréalais suivant la disponibilité et la validation des cours par votre professeur. J'ai ainsi eu l'occasion de commencer le russe à l'Université de Montréal afin de développer d'autres compétences linguistiques.

D'un point de vue personnel

Montréal est une ville assez extraordinaire, très américaine dans ses dimensions même si elle reste une ville moyenne en terme de population. La ville dispose d'une offre culturelle assez incroyable avec des festivals et des évènements tout au long de l'année. On peut assister gratuitement à de très nombreuses conférences, participer à des évènements qui vont de la musique, aux sports en passant par l'art, la mode ou encore le cinéma. Bref, on ne s'ennuie pas à Montréal et en plus on est à quelques heures de New York, Boston, Québec, Toronto, Ottawa, les chutes du Niagara... C'est l'Amérique mais version francophone, il faut se préparer à croiser énormément de français et c'est peut être mon seul regret ici, c'est de ne pas être totalement dépaysé de ce côté là. L'école compte de très nombreuses nationalités différentes, mais il y a énormément de français en échange et finalement on retrouve des personnes avec des expériences assez similaire à la notre.

A l'avenir, j'envisage de travailler dans une organisation internationale d'aide au développement comme l'AFD en France ou la Banque mondiale, ce qui explique également ma motivation à partir étudier à l'international et à apprendre de nouvelles langues.

Dans tous les cas, cette expérience restera un plus non négligeable sur mon CV, et pour mon développement personnel. L'ENTPE offre de nombreuses possibilités de départ à l'étranger, et il est important de continuer à en profiter et à faire vivre les échanges. C'est une occasion unique de faire connaître notre école, de s'ouvrir à de nouvelles cultures, de nouvelles pratiques et d'enrichir nos compétences. Mais c'est surtout devenu une nécessité pour beaucoup d'ingénieur qui seront amené à travailler sur des projets d'envergures internationales et auquel on demandera une expérience à l'étranger."